Pour le FCC, Fayulu et Lamuka sont à la base de l’incendie du principal entrepôt de la CENI à Kinshasa (communiqué)

0
186

La famille politique du chef de l’État, le Front Commun pour le Congo (FCC), a, dans un communiqué publié jeudi 13 décembre, accusé Martin Fayulu et la coalition Lamuka d’être à la base de l’incendie ayant ravagé plusieurs machines à voter et isoloirs de la Commission Electorale Nationale Indépendante, stockés dans son entrepôt principal de Kinshasa.

Le FCC rappelle qu’en date du 3 décembre 2018, au cours de sa dernière conférence de presse, il avait dénoncé l’apologie de la violence et les attaques systématiques du candidat président de l’opposition Martin Fayulu qui, au grand étonnement du monde entier, a pour programme politique l’invitation de ses militants et sympathisants à détruire le matériel électoral de manière à empêcher la CENI d’organiser les scrutins prévus le 23 décembre prochain », lit-on dans ce communiqué parvenu à 7SUR7.CD.

Pour le directeur de cabinet du président de la République qui a signé ce document en sa qualité de coordonnateur du FCC, les propos et la gestuelle de Lamuka étaient le prélude à cet incendie.

»Ces propos et la gestuelle qui les accompagne étaient déjà le prélude de la mise en oeuvre d’un projet bien planifié tendant à entraver le processus électoral en cours et à saper l’investissement politique de tout un peuple  », a-t-il ajouté.

Le candidat à la présidentielle de Lamuka, qui s’est exprimé lors d’un point de presse ce jeudi à Goma, a demane une enquête internatioanle sur cet incendie.

Lamuka estime que c’est une manoeuvre orchestrée par le pouvoir pour maintenir le président de la République en fonction au-delà de cette année.

Lors d’une conférence de presse donnée ce jeudi, le président de la commission électorale nationale indépendante a déclaré que cet incident grave n’allait pas perturber son calendrier.
Corneille Nangaa a déclaré que le trou causé par cet incendie sera comblé par le surplus de machines.

Après les morts enregistrées à Kalemie et à Lubumbashi, la violence électorale franchit chaque jour un nouveau palier.
L’ambassade du Royaume-Uni en RDC va évacuer son personnel non essentiel.

Pour rappel, le porte-parole de Moïse Katumbi, Olivier Kamitatu, avait dans un tweet publié en septembre dernier, annoncé que si la CENI s’entêtait à organiser les élections avec les machines à voter, celles-ci devraient être brûlées.

Oscar MBANTSHI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here