La RDC menace de prendre des mesures de rétorsion contre l’Union européenne

0
168

Le vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères n’y est pas allé par quatre chemin pour dénoncer « les tentatives de la part de l’Union européenne de reconduire les sanctions imposées à 16 personnalités Congolaises ».

A en croire Léonard She Okitundu, la RDC qui « a mené toutes les démarches nécessaires espère la levée de ces sanctions avant la tenue des élections ».

« la révision des mesures restrictives n’a d’intérêt pour la République Démocratique du Congo que si elle intervenait antérieurement à la tenue des élections, postérieurement à celles-ci, elle perdrait toute signification et partant constituerait un non évènement », a laissé entendre le patron de la diplomatie congolaise.

Et d’ajouter, « face à une telle fin de non-recevoir, la RDC se verrait en désespoir de cause dans l’obligation de réserver à son tour son droit souverain de prendre des mesures des rétorsion qui s’imposent et dont elle se réserve la nature de l’ampleur », a renchéri She Okitundu.

Pour Kinshasa, au-delà du fait que ses sanctions violent toutes les dispositions des principes qui régissent le droit et les relations internationales, celles-ci constituent également un désavantage pour le candidat du Front Commun pour le Congo, FCC, à la prochaine présidentielle.

« malheureusement, suite à ses mesures prises unilatéralement par l’Union européenne à l’encontre de certaines personnalités congolaises, il se dégage une inégalité de traitement à ces élections entre les différents candidats frappés par ses mesures et les autres en l’espèce, il s’agit en particulier du candidat du Front Commun pour le Congo à savoir Emmanuel Ramazani Shadary qui est ainsi privé de sa liberté fondamentale de se mouvoir pour ainsi expliquer au partenaire extérieur la pertinence de sa mission. Par-dessus le marché, cette privation de la liberté d’aller et venir peut être à dessein exploité négativement par ses adversaires », explique le diplomate congolais.

Ce dernier est privé de sa liberté de mouvement pour expliquer la pertinence de sa vision aux partenaires.

Cette privation de liberté d’aller et venir, est à dessein exploitée par ses adversaires, a-t-il souligné.

Oscar MBANTSHI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here