Le Chef de l’Etat libère dans la nature des perroquets gris et fait incinérer des pointes d’ivoire

0
93

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a procédé, dimanche au Parc présidentiel de la N’Sele, à la libération dans la nature d’un échantillon  de cinq perroquets gris et à l’incinération de 1.050 Kg de pointes d’ivoire et de 1.197 Kg d’écailles de pangolins, œuvre de la sale besogne du braconnage en République démocratique du Congo.

Dans son mot de circonstance, le directeur général de l’Institut congolais pour la  conservation de la nature (ICCN), Cosma Wilungula, a félicité le Chef de l’Etat pour avoir accepté de rehausser de sa présence  cette cérémonie en dépit de ses multiples occupations, alors qu’il revenait la veille de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies  à New York. Cela, a-t-il dit, témoigne de son attachement aux valeurs écologiques pour la survie des générations présentes et futures.

Pour le DG de l’ICCN, cet attachement du Chef de l’Etat s’illustre également par de nombreuses autres réalisations faites sans bruit notamment la création du Parc de la Vallée de la N’Sele à Kingakati et la création d’autres  aires protégées à Kashama à Lubumbashi, à Kundelungu, au Haut Katanga ainsi que dans  l’ile de Mateba, dans la ville de Boma, au Kongo central.

Cosma Wilungila n’a pas non plus voulu passer sous silence une grande et bonne nouvelle en rapport avec la conservation de la nature en RDC, à savoir que le Président Joseph avait facilité et contribué à la réintroduction de 27 rhinocéros blancs du Sud dont 18 au Parc de la Vallée de la N’Sele et 9 à la réserve de Kashama, dans la ville de Lubumbashi.

Dans le cadre de l’application de la loi pour faire face à la recrudescence de la criminalité faunique, qui représente non seulement une véritable menace sur la biodiversité mais aussi sur la sécurité de la population, a dit Cosma Wilungila, l’ICCN a coordonné et réalisé des saisies entre les mains des braconniers et trafiquants illégaux de plusieurs quantités d’ivoires, d’écailles de pangolins et de perroquets gris.  Ces saisies ont été rendues possibles grâce à l’implication, très appréciable, des services spécialisés de la Direction générale des douanes et accises, de l’Office congolais de contrôle, de la Direction générale de migration, de la Régie des voies aériennes et de l’Agence nationale des renseignements, avec l’appui de l’officier du ministère public.

Pour le DG de l’ICCN, le geste  posé par le Chef de l’Etat s’inscrit,  une fois de plus, dans l’histoire de la conservation de la nature en RDC et dans les annales de l’humanité.

Pour sa part, l’ambassadeur de l’Union européenne, Bart Ouvry, a fait savoir que cette cérémonie traduisait l’appui de la communauté internationale pour un engagement important de la RDC à redoubler d’efforts pour mettre fin au braconnage et au trafic international d’espèces emblématiques d’Afrique tels que l’éléphant, le pangolin et le perroquet. Le pangolin africain est le mammifère le plus braconné au monde, a dit le diplomate européen citant un rapport de l’Interpol selon lequel presque un demi-million d’individus auraient été braconnés entre 2015 et 2018.

Le procès-verbal de la libération dans la nature des perroquets gris et de l’incinération des pointes d’ivoire et des écailles des pangolins a été lu par le professeur Augustin Ngudi Amuri, directeur général de SITES.

  1. Léon Kengo Wa Dondo, Aubin Minaku et Bruno Tshibala, respectivement présidents du Sénat, de l’Assemblée nationale et Premier ministre ont assisté à cette cérémonie qui a également connu la présence du vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité, Henri Mova Sakanyi, ainsi que celle des officiers généraux des FARDC et de la PNC et des ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques en RDC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here