Elections 2018: pas de radiation pour les électeurs sans empreintes digitales

0
153

Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI) vient de réserver une fin de non-recevoir à une frange de l’opposition et de la Société civile qui exige la radiation pure et simple de 16,6% d’électeurs sans empreintes digitales.

Intervenant mercredi 11 juillet aux travaux de la tripartite Conseil national de suivi de l’accord de la St Sylvestre(CNSA)-gouvernement et CENI, Corneille Nangaa a déclaré que la radiation de cette catégorie d’électeurs équivaut à la violation des dispositions légales en vigueur en République Démocratique du Congo.

Pour lui, la polémique entretenue sur cette question procède d’une récupération politique aux antipodes des termes même du rapport final d’audit. Il a fait remarquer que l’Organisation internationale de la Francophonie(OIF) avait déclaré à ce sujet que ce phénomène s’explique, en partie, par la possibilité offerte au président du centre d’inscription de valider l’enrôlement sans l’enregistrement.

Pour le patron de la CENI, cette disposition a été introduite dans les mesures d’application de la loi portant identification et enrôlement des électeurs dans un souci d’exclusivité pour permettre aux électeurs sans mains, doigts amputés ou blessés, empreinte illisibles… de s’enrôler.
Machine à voter

La  question de l’utilisation de la machine à voter a été au centre des débats lors de la tripartite CENI-CNSA-Gouvernement. A ce sujet,  le patron de la CENI est formel : « sans machine à voter… pas d’élections en 2018 » !

Corneille Nangaa a mis la classe politique devant un dilemme : soit elle accepte la machine à voter et les élections se tiennent dans le délai, à savoir le 23 décembre 2018; soit elle la rejette et les élections sont renvoyées sine die.

A en croire le président de la CENI, « loin de favoriser la tricherie, la machine à voter contribue par contre à l’accroissement de la transparence du vote et des opérations y relatives, et participe, de ce fait, à la consolidation de la démocratie »

Dans son exposé, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, a appelé à la dépolitisation du débat sur la machine à voter,

Corneille Nangaa dit s’étonner de « l’hostilité qu’une frange de l’opposition entretient, au nom de la population, contre l’usage de la machine à voter aux élections à venir ».

« Il est nécessaire que nous dépolitisions le débat. Il va falloir qu’on travaille dur pour obtenir l’adhésion de tout le monde. Il faut qu’il y ait un consensus dans la classe politique (…) », a déclaré le président de la CENI, qui insiste sur sa détermination à organiser les élections le 23 décembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here