Parc Virunga : le gouvernement penche plus pour la protection de l’environnement que pour le pétrole (She Okitundu)

0
290

Le sort définitif du Parc Virunga, classé patrimoine mondial par l’Unesco, sera scellé lors du prochain conseil de ministres car une option devra être levée entre la protection de l’environnement et la production pétrolière.
Pour le vice-Premier ministre et ministre des affaires étrangères et intégration régionale, qui a donné cette information lundi 5 juin au Forum économique sur le climat qui se tient à Fleuve Congo Hôtel, le gouvernement se trouve devant un choix cornélien entre la protection de l’environnement et la production pétrolière qui procure des ressources importantes au budget de l’État.
Le ministre des affaires étrangères estime qu’il y’a un équilibre à trouver la protection de l’environnement et la production pétrolière.
Selon lui, la RD Congo ne peut pas se passer de la production pétrolière même si il considère que le tourisme est aussi un enjeu important.
” Il y a deux intérêts dans la balance : protection de l’environnement et production pétrolière pour répondre à nos besoins énergétiques”, a-t-il fait observer à la centaine d’experts en changement climatique.
Léonard She Okitundu a toutefois admis que le gouvernement penche plus vers la protection de l’environnement que pour la production pétrolière dans le parc, quitte à chercher des alternatives ailleurs pour renflouer les caisses de l’État.
En principe, le conseil des ministres se tient chaque vendredi. Le ministre de l’environnement Amy Ambatobe devra à cette occasion présenter un dossier sur la destination du Parc Virunga que doit entérinée le gouvernement.
Pour rappel, le gouvernement, au nom de sa souveraineté, avait octroyé le bloc pétrolier V, qui déborde dans le parc, à la britannique Soco, malgré ses engagements internationaux prohibant l’exploitation pétrolière dans un site qui porte le label patrimoine mondial.
Celle-ci avait prévu de forer un puits dans le parc en 2014.
Elle dût y renoncer après une violente campagne menée par le Fonds Mondial de la Nature (WWF).
Les menaces de l’Unesco qui avait menacé de déclasser le Parc de son piédestal de patrimoine mondial a finalement contraint Soco à se retirer définitivement de Virunga en 2015.
Alors que l’on croyait définitivement tournée la page de l’exploitation pétrolière sur un pan du parc, l’État congolais via la Sonahydro (société nationale des hydrocarbures) a réatribué le permis de Soco à une autre société : Oil Quest International.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here