Assises de l’électricité : Tshibala fixe les participants sur les attentes du gouvernement

0
423

Le Premier ministre Bruno Tshibala a personnellement présidé, le lundi 21 mai 2018, l’ouverture des Assises de l’électricité à Pullman Hôtel. Objectifs de cette rencontre : définir les grandes orientations du secteur électrique du pays et ses perspectives de développement. « Le gouvernement attend de vous un contenu concret à la promotion du partenariat public-privé dans le secteur de l’électricité en proposant des mesures incitatives susceptibles d’attirer les investisseurs privés dans ce secteur stratégique sur l’ensemble du territoire national… », a lancé d’entrée de jeu le premier ministre aux participants.

Par ailleurs, poursuit-il, l’exécutif national attend des experts la définition d’un mécanisme simple pouvant permettre d’allouer des fonds publics à la couverture des risques liés aux projets initiés par le secteur privé, à la réduction des apports en fonds propres dans le partenariat public-privé en vue de réduire le coût de revient des projets et accroitre le volume des financements dans le secteur.

Tout en soulignant attendre une feuille de route pouvant permettre aux secteurs public et privé d’accéder aux financements climatiques offerts par le Fonds pour l’environnement mondial et le Fonds vert, le Premier ministre a exprimé également le souhait d’avoir sur sa table des propositions des mesures concrètes et réalistes pour finaliser le processus de transformation et de restructuration de la Société nationale de l’électricité (SNEL).

Quant à son ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto, il a déclaré dans son mot d’ouverture que ces assises devront proposer des axes d’une politique nationale de l’électricité adaptée à la situation de carence persistante ou encore définir des stratégies d’aboutissement rapide du processus de transformation de la SNEL (opérateur public chargé de la production et de la distribution de l’énergie électrique) en une entité plus efficace pour lui faire jouer son rôle majeur.

Pour lui, il sera surtout question d’apporter des solutions concrètes au déficit énergétique.

« Il faudra qu’on se demande pourquoi malgré les lois et différentes assises, les choses avancent à pas de tortue. Nous avons fait appel à tout le monde, pour qu’ensemble, nous puissions fournir une électricité meilleure à nos populations », a-dit le ministre de l’Energie.

Pour sa part, Jean-Christophe Carret, le représentant de la Banque mondiale, a fait noter que son organisation partage avec les autorités du pays l’engagement de répondre aux besoins impératifs et urgents de la population congolaise à accéder à une électricité fiable et abordable.

Notons que plusieurs gouverneurs de province ont fait le déplacement de la capitale pour prendre part à ce forum qui va se clôturer le vendredi 25 mai prochain.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here