UA: la position de la RDC plus que stratégique dans la conclusion d’un accord au sommet de Kigali

0
373

La rencontre de Kigali est cruciale pour l’avenir de l’Afrique, car la création d’une zone de libre-échange africaine fera du continent la plus grande union douanière au monde jamais établie depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce.

L’Afrique est sur le point de signer un accord historique sur la zone de libre-échange continental à Kigali, capitale rwandaise qui abrite depuis lundi 19 mars,   le 18e sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA), mieux le conseil exécutif  des ministres des Affaires étrangères sous la conduite de leur homologue rwandaise Louise Mushikiwabo.

La rencontre se tient également  en présence  de Moussa Faki, président de la Commission  de l’Union africaine  ainsi que quelques  représentants des organisations partenaires, à l’exemple de la secrétaire exécutive de la commission économique  des Nations unies pour l’Afrique qui estime que la zone de  libre–échange continentale  est une grande opportunité pour les affaires en Afrique dans la création des emplois pour les jeunes et l’industrialisation du continental.

Quant à Moussa Faki,  il appelle les dirigeants à surmonter les peurs et les contraintes sur cette mutation historique d’un projet en gestation depuis 40 ans et dont la mise en œuvre accuse déjà une année de retard par rapport aux prévisions. La rencontre de Kigali est cruciale pour l’avenir de l’Afrique, car la création d’une zone de libre-échange africaine fera du continent la plus grande union douanière au monde jamais établie depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce.

Les ministres des Affaires étrangères ont  dont 48 heures  pour harmoniser le texte  du projet de l’Accord à proposer à la décision des Chefs d’Etas et des Gouvernements pour sa ratification le mercredi 21 mars à l’issue de leur  sommet extraordinaire.

La RDC, pays au cœur du continent  avec ses 9 voisins  devra jouer un rôle déterminant dans cette transformation. Ainsi, le vice premier ministre congolais Léonard  She Okitundu  qui a fixé ses homologues et l’opinion publique sur la position de son gouvernement, a indiqué que son pays est partie prenante de cet Accord que Kinshasa signera sans nul doute ce 21 mars lors d’une cérémonie solennelle

De notre envoyé spécial Fabien Lumbala.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here