Tendance: les Nsanda Nsanda continuent à battre son plein à Kinshasa

0
353

Comme partout dans le monde, le style est créé et mis en vogue par des professionnels de la mode et parfois par les stars des  différents  domaines.  C’est le cas en RDC, où  les musiciens sont renommés  pour influencer  le  code vestimentaire, à l’exemple de  Papa WEMBE, Shungu WEMBADIO  qui fut un grand créateur  de la mode.

Appartenant à un mouvement international appelé « SAPE » entendu «  société des ambianceurs  et des personnes élégantes », fondé par son pape Stervos Niarkos, à  sa mort, tout Kinois décide d’opter pour l’un de ses nombreux styles. « Nsanda Nsanda ».

La tendance remonte vers les années 60, partie d’une exigence des écoles ou lycées de l’époque coloniale, ce produit de Plastiqua étaient demandés aux élèves pour parer aux intempéries surtout sous le climat équatorial ou il pleut 9 mois sur 12.

Chez les hommes, ces sandales sont une adaptation féminine  ou lycéenne, mais dans une logique de marquer la différence de classe sociale entre les colonisateurs et les colonisés. Peu, après l’indépendance, modernité exige, les souliers en cuir ont pris le dessus sur les sandales en plastique qui ont régressé pour devenir des  paires de relaxe.

En 1987, dans le film « la vie est belle », Papa WEMBA le met en valeur, et après sa mort le 24 avril 2016, les kinois, à la recherche d’une célébration particulière pour pleurer le sapeur, choisissent alors les Nsanda-Nsanda appelés « TATA LEKI. C’est ainsi que la marque  sera de nouveau à la mode. Actuellement, elles sont toujours tendancieuses en mémoire de Papa WEMBA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here