RDC : Dilolo – Lobito, le trafic ferroviaire reprend 34 ans après !

0
148

Le trafic ferroviaire a repris entre Dilolo (RDC) et Lobito (Angola) près de 1 300 kilomètres de distance. Le premier convoi de 300 000 tonnes de manganèse vient de quitter Luau, ville située à la frontière entre les deux pays, ce lundi 5 mars 2018. C’était en présence du Directeur de Cabinet du chef de l’Etat, Néhémie Mwilanya Wilondja, à la tête de la délégation des officiels congolais.

Le corridor Dilolo – Lobito reliant la RDC à l’Angola offre un avantage économique aux hommes d’affaires pour des raisons évidentes : d’abord, c’est la voie d’évacuation la plus courte en termes de distance et de temps ; ensuite, elle épargne des frais considérables par rapport à d’autres moyens de transport.

L’enjeu de cette reprise est essentiellement économique tant que les produits miniers et d’autres marchandises d’exportation en provenance des provinces de l’ex. Katanga, dont le Lualaba, peuvent être acheminés au port de Lobito par des trains de la Société national des chemins de fer (SNCC) en toute sécurité, sûreté et à coûts réduits. Cela vaut également pour les importations.

« Pour cette première cargaison, vous avez une cinquantaine de containers comprenant presque 300 000 tonnes de manganèse. Donc, c’est notre société nationale Kisenge Manganèse qui a produit le premier lot qui est aujourd’hui acheminé à destination du port de Lobito en vue de son exportation à l’extérieur de la RDC », a indiqué Néhémie Mwilanya intervenant à Radio Okapi.

Cette réhabilitation de ce tronçon congolais de chemin de fer a été financée entièrement par le gouvernement congolais à travers la SNCC. Si le coût de cet investissement n’est pas encore révélé au public, il s’inscrit tout même dans le programme de relance des infrastructures de base de la RDC.

D’après des sources proches de la SNCC, la réhabilitation qui a donné lieu à la reprise du trafic est une première étape qui va se poursuivre, dans les prochains jours, par la modernisation du chemin de fer.  A ce sujet, un pan de voile a également été levé par le Directeur de Cabinet du chef de l’Etat.

 

« Au moment où je vous parle, il y a déjà un accord qui est en voie d’être signer entre la SNCC et un investisseur qui, lui, va aider à aborder la phase de la modernisation de la voie. Il y a des bonnes raisons d’être optimiste »,a rassuré Néhémie Mwilanya.

A tout prendre, les perspectives sont bonnes pour les exploitants miniers et d’autres opérateurs économiques pour le transport et l’évacuation de leurs produits commerçables. Pour le gouvernement, il s’agit également d’une facilitation du climat des affaires tant que ce trafic international réuni les conditions d’attrait des investissements étrangers vers la RDC.

C’est ce qui a visiblement justifié la récente visite du président angolais à Kinshasa. Il n’est pas exclu que ce dossier ait été abordé dans le cadre diplomatique.

D’après des experts, la réactivation de l’interconnexion entre l’Angola et la RDC devrait permettre aux deux pays de mettre à profit le corridor de Lobito. La liaison entre Dilolo en RDC et Luau se faisait jusqu’à maintenant par transport routier. Quoi de plus normal que la mise en place du réseau ferroviaire vienne accélérer le commerce, notamment minier, entre la RDC et l’Angola.

Pour rappel, le premier corridor ouest reliant la RDC à l’Angola par de Kikwit en passant par Kahemba pour déboucher à Luanda. Ce corridor ouest, apprend – on, est en phase de projet pour le moment.

Zoom eco

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here